« J’ai gardé le cap » Albert Lohier/Côtis Capel

29,00 TTC

  • Charles CERISIER
  • 304 pages

La vie d'Abert Lohier premier prêtre marin-pêcheur.

Description

Résumé:

Pour rencontrer Albert Lohier, j’ai pris connaissance de ce qu’il nous a laissé comme traces vraies de lui. Albert Lohier a écrit. Comme signes de ce qu’il est, il nous donne encore à lire aujourd’hui ses poèmes. Ils sont une mise en forme magnifique de ce qui le fondait. Sa famille, sa communauté, son pays… Albert Lohier a posé des mots sur ce qu’il a vécu comme marin. Sans y mettre une forme particulière, il a confié à des pages de courrier toutes les richesses et toutes les détresses du marin qu’il devenait. C’est dans ces mots là que je l’ai reconnu. Je suis Breton de Douarnenez, d’une famille de marins pêcheurs, éduqué dans le respect et souvent dans l’admiration de ceux qui s’éloignaient des côtes pour gagner l’existence des leurs dans des conditions de travail inhumaines. J’ai pu percevoir dans cet homme qui se confiait en phrases, toutes les interrogations, toute la joie et toute la souffrance d’un homme qui devenait marin. Il ne l’était pas. Il connaissait le métier depuis la terre. Il l’a connu ensuite par les récits des jeunes militants de la Jeunesse maritime chrétienne qu’il accompagnait, comme aumônier. Il est devenu un prêtre maritime Et puis il a commencé à devenir un marin. Il est devenu un prêtre marin. Il a descendu petit à petit tous les barreaux de cette échelle d’incarnation qui conduit à être proche de ceux qu’il pensait instruire. Il est devenu marin et est demeuré prêtre à partir de ce qu’il devenait… Un homme, entier, solide et fragile, conscient des vanités de ce monde mais persuadé de la fécondité des paroles, des gestes et des mots posés en vérité. Merci à Charles Cerisier d’avoir exhumé des boîtes d’archives les mots et la voix qui nous permettent aujourd’hui de lire et d’écouter un homme que ses racines et son humanité profondes rendent très souvent universel.

L’auteur:

Charles CERISIER. Né en 1936 à Saint Lô, dans le département de la Manche. Prêtre deux années à Beaumont Hague, ancien aumônier de lycée classique dans l’enseignement public à Cherbourg. En 1975, il part au travail sur le port de commerce de Cherbourg déclarant en douane, puis travaille à la construction de l’usine de la Hague de 1982 à 1997, agent technique de  » grand chantier « . Retraité, compagnon et ami d’Albert Lohier pendant les quinze dernières années de sa vie.

Informations complémentaires

Poids 812 g
Dimensions 15.8 x 1.8 x 23.2 cm

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “« J’ai gardé le cap » Albert Lohier/Côtis Capel”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *